Au secours, je ne reconnais plus mon mari !

Ce soir, Odette s’active dans la cuisine mais ses pensées sont ailleurs. Elle est inquiète. Les fêtes de Noël approchent mais elle n’arrive pas à se sentir dans l’ambiance. Depuis quelques temps, son mari a changé. Lui qui était si attentionné, il est devenu cynique et froid. Pourtant, elle fait tout son possible pour le soutenir, elle assume les difficultés du quotidien sans même lui en parler. Elle voudrait qu’il voie la maison comme un lieu de détente où il peut recharger ses batteries. Mais, il semble fuir sa famille. Il part tôt et rentre très tard pour dormir quelques heures d’un sommeil agité.

« - Je me demande bien à quoi il pense. Il se couche, se retourne, se réveille, se relève, se recouche et recommence… Qu’est-ce qui peut bien l’obséder à ce point-là ? Ça ne peut quand même pas être uniquement le travail ! Et si c’était moi ? Et s’il ne m’aimait plus… peut-être… peut-être qu’il a quelqu’un d’autre ! Oh mon dieu…. Non… C’est impossible ! Je le connais, il ne ferait pas ça. Il a juste besoin de se détendre. Heureusement, demain ses deux meilleurs amis viennent manger à la maison, ça lui fera sûrement du bien. »

En effet, le lendemain soir, Odette a mis les petits plats dans les grands. M. Toutlemonde n’avait pas vraiment envie de recevoir du monde mais il commence tout de même à se détendre. Il ouvre une première bouteille pour l’apéro. Ses copains l’encouragent : « Profite un peu de la vie ! Tu deviens un tel rabat-joie ces derniers temps ». Odette sourit dans son coin, « ça c’est sûr ! » pense-t-elle.
Avant même le début du repas, deux bouteilles sont liquidées. M Toutlemonde commence à se sentir plus léger. Et ce n’est que le début…

« - J’suis vraiment trop content de vous voir les mecs ! J’ai l’impression que ma vie est tellement pourrie en ce moment. Je suis coincé de tous les côtés, il y a tellement de pression, j’ai l’impression de devenir une machine. Ouais… Je suis sûr que tu vois hyper-bien ce que je veux dire, Jean.  Et toi, Pascal ? Tu te rappelles la dernière virée qu’on a faite en Bourgogne ? Ouais… y’a vachement longtemps qu’on s’était pas marré comme ça ! Ben, t’as raison ! On a qu’à y retourner ! On se fera le tour des caves, ça va être super cool ! Maintenant que je suis pété de tunes, on n’a pas de raison de se priver !.... Ben quoi, Odette, t’as pas l’air contente ? Ça t’ennuie que je profite un peu moi aussi ? Purée ! J’y crois pas, t’es vraiment égoïste… Mais non, euh… te vexe pas, chérie ! »
Ses amis, gênés, regardent leurs chaussures avant de se décider à partir. « On va vous laisser d’accord ? Allez, Mister T, tu as toujours été un champion mais là, il faut te détendre un peu, ok ? » 

Odette, les larmes aux yeux, quitte la table sans un mot.

« - Quel plouc ! On avait enfin l’occasion de passer une bonne soirée entre amis, et lui, il en profite pour se prendre une cuite ! Il me fait honte quand il se comporte comme ça !  Il ne voit même pas tout ce que je fais pour lui ! Ah oui, elle est « pourrie » sa vie ? Qu’est-ce que je devrais dire de la mienne! »

Vous souhaitez vous abonner aux articles du blog et à la Newsletter? Inscrivez-vous ici!



Aucun commentaire:

Publier un commentaire