Le deuil de son ancien fonctionnement.




"La folie: C'est de refaire les choses de la même manière mais de s'attendre à un résultat différent." A Einstein.


Lorsqu’un individu victime de burnout va reprendre son activité professionnelle, il va devoir remettre en question sa manière de travailler. C’est le but du travail personnel qu’il entreprend alors dans le cadre de l’accompagnement qu’il aura choisi. Dans le cas contraire, il y a de fortes chances pour qu’il se retrouve une nouvelle fois dans une situation critique et qu’il subisse une nouvelle descente aux enfers.

Or, remettre en question sa manière de travailler demande de passer par un véritable deuil de son fonctionnement antérieur et de sa manière de voir et d’interpréter la réalité du monde du travail.  Le deuil est un processus connu et qui, étapes après étapes, permet d’accepter la séparation. Tout comme dans le cas de la perte d’un être cher, l’individu va devoir affronter ces étapes de séparation afin de reconstruire une nouvelle manière de voir et de vivre son travail.

La littérature disponible à ce sujet est vaste mais je vous résumerai le processus de deuil de la manière suivante en m’inspirant des étapes décrites par G. Kohlrieser :
Le processus de deuil comporte 9 étapes qui sont considérées comme normales. : Le déni, la colère, la tristesse, la peur, la rationalisation, l’acceptation, la création de nouveaux liens, le pardon et enfin la gratitude.

Chacune de ces étapes va s’exprimer dans le deuil du fonctionnement de l’individu. Certaines étapes sont plus faciles que d’autres à percevoir. Le déni en est une. La personne va minimiser son besoin de changer ou nier le lien entre son fonctionnement et ce qu’il vient de vivre. Cette étape extrêmement difficile pour l’entourage est normale et du moment que la personne ne reste pas figée à ce stade, elle fait partie de la guérison ! La colère liée au fait de subir un burnout ou au fait d’assumer la responsabilité du changement, la tristesse liée à la perte de l’estime de soi et la peur, celle de perdre à jamais son statut de « bon professionnel » ou de n’être « plus comme avant » sont des émotions qui prennent ensuite le dessus de manière successive. La personne se sent chahutée par ses émotions. Elle subit.

La phase de rationalisation marque le début d'une nouvelle étape. Elle se manifeste souvent par la volonté d’interrompre l’accompagnement. L’individu commence à comprendre et à analyser les causes et ses besoins. Il se sent reprendre le contrôle. Il a l’impression qu’il arrive au bout de son processus. Cependant, cette acceptation est encore limitée à l’intellect.  La phase suivante va lui permette d’accepter plus globalement ce qu’il a subit. Vient ensuite le moment ou la personne va choisir consciemment sa nouvelle manière de travailler. Elle sort de la phase " et maintenant je fais quoi?" pour entrer dans celle du "j'ai envie de...". Elle cherche à retrouver de la satisfaction dans l’exercice de son métier. Cette phase occupe une place primordiale dans le travail d’accompagnement car elle marque le début de la construction de la nouvelle manière de faire.

Le processus de deuil sera terminé lorsque l’individu n’éprouvera plus de culpabilité quant à son burnout et qu’il aura trouvé « le cadeau » caché dans son expérience.  Tiens ? Il y a un cadeau caché dans le fait de vivre un burnout ?
Vous le découvrirez dans la suite des aventures de M. Toutlemonde…

Cette description des étapes de deuil à passer afin de se reconstruire donne vision de l'importance de l'accompagnement qui doit être réalisé dans le cadre d'un retour au travail. Je souhaite ce faisant, vous permettre de comprendre que le temps nécessaire et les enjeux sont de taille et que l'investissement dans le processus de chacun, accompagnant comme accompagné doit être à la mesure de l'objectif.

Vous souhaitez vous abonner aux articles du blog et à la Newsletter? Inscrivez-vous ici!


Aucun commentaire:

Publier un commentaire