Les candidats au burnout : Les indépendants VS les salariés


Au détour d’une conversation entre amis, j’ai été amusée de constater que selon l’appartenance à un de ces deux statuts ces derniers avaient l’impression qu’ils détenaient la panacée des conditions de travail les plus stressantes. Mais qu’en est-il réellement ?

Les indépendants subissent une pression énorme liée au poids de leurs responsabilités. En effet, ils sont leur propre patron et le succès de leur affaire va déterminer non seulement leur revenu mais la viabilité de leur entreprise. En effet, si un salarié doit vendre un produit, l’indépendant lui, a besoin de le vendre ! Ce qui change les perspectives en termes de pression ressentie. Pour atteindre ses objectifs, l’indépendant est libre d’utiliser les moyens qu’il juge nécessaires. Pas de cadre fixé par autrui. Pas d’horaire de travail imposé. Pas de méthode-dont-on-sait-pertinemment-qu’elle-ne-marche-pas à utiliser ! Quel soulagement pour l’indépendant ! Il ne lui reste que sa vérité et ses conséquences directes sur la marche de ses affaires. Et là, quelques bonnes baffes l’attendent généralement. Lorsque l’absence d’horaire devient absence de soirées et de week-ends, le statut d’indépendant ne fait plus rêver…

Le salarié, lui, bénéficie d’un revenu fixe. Dès lors qu’il fournit une prestation qui répond aux critères de l’entreprise,  il est assuré de son revenu sauf circonstances exceptionnelles.  Le prix à payer  pour ce dernier sera de se plier au cadre défini par d’autres. Imposition des horaires, des objectifs ou même des méthodes de travail sont des éléments qui peuvent générer de réelles frustrations. Lorsque ces conditions ou critères deviennent ingérables, il est lui-aussi soumis à une pression considérable.

Alors comment évaluer le statut qui vous sera le plus favorable ? Il s’agit principalement de connaître votre manière propre de fonctionner. Quelles sont vos priorités et valeurs?

Une personne éprise de liberté sera plus à son aise dans un statut d’indépendant que soumise aux décisions d’autres personnes. Une personne ayant un fort attachement à sa sécurité financière se dirigera plus volontiers sur un travail salarié. Un travail de connaissance de soi peut être nécessaire pour vous permettre de déterminer les valeurs qui vous guident dans vos choix. En effet, mes exemples sont plutôt réducteurs car l’être humain n’est pas guidé que par une valeur telle que la liberté ou la sécurité. C’est l’ensemble de ses valeurs et leurs priorités les unes par rapport aux autres qui permettra de savoir ce qui doit être absolument favorisé.

Dans le cas ou votre statut professionnel est en contradiction avec vos valeurs fondamentales  et votre personnalité, vous devenez de facto des candidats au burnout tant le niveau de frustration quotidien vous use…
Alors à vos questionnements ? Etes-vous bien à votre place dans votre environnement professionnel ?


 Vous souhaitez vous abonner aux articles du blog ? Inscrivez-vous ici!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire