Les manifestations physiques d'un burnout

Cette semaine, c’est une nouvelle thématique que je vous propose de commencer à explorer : celle des « symptômes » ou manifestations du burnout.



En effet, le burnout n’étant pas une maladie mais un processus d’épuisement, nous ne pouvons pas nommer ces signes sous le terme de « symptômes » cependant un certain nombre de manifestations sont considérées comme faisant partie de l’expression de cet épuisement.
Ces manifestations sont observables au niveau physique, psychique, social et comportemental. Je vous propose donc de nous intéresser aujourd’hui à ce qui se passe au niveau du corps lors d’un processus de burnout.

Tout d’abord, je vous rappelle qu’un burnout est avant tout un processus d’épuisement physiologique. C’est la conséquence d’une exposition prolongée à un stress chronique qui va user petit à petit les ressources du corps. Lorsque nous sommes dans un état de stress, notre corps va sécréter des hormones afin de permettre une réaction de défense. Vous avez déjà certainement entendu parler de l’adrénaline et du cortisol qui font partie de ces hormones. Celles-ci ont la particularité de nous permettre d’optimiser l’usage de nos muscles afin de prendre la fuite si nécessaire. Elles sont là pour augmenter initialement nos chances de survie face à un danger imminent. Or, lorsque vous travaillez assis à votre bureau et que vous vous sentez sous pression, votre corps va sécréter ces mêmes hormones. Vous n’allez cependant pas prendre vos jambes à votre cou et vous enfuir ! Ces hormones n’étant pas « consommées » normalement elles vont donc petit-à-petit intoxiquer votre corps.

Or, ce surdosage d’hormones va avoir des conséquences sur l’ensemble des fonctions de votre corps. Je vous donne quelques exemples issus simplement d’une surexposition au cortisol :
  • Augmentation de la production de sucre par le foie. L’organisme devient progressivement insensible à l’insuline et peut développer un diabète.
  • Ostéoporose
  • Augmentation du cholestérol et triglycérides dans le sang
  • Troubles du rythme cardiaque
  • Hypertension artérielle
  • Diminution de la fluidité du sang
  • Augmentation de l’acidité gastrique et de la mobilité intestinale
  • Mort des cellules nerveuses
  • Atrophie de certaines parties du cerveau : hippocampe, amygdale et cortex
  • Diminution de la résistance aux infections
  • Augmentation des réactions allergiques
  • Inhibition de la croissance

      
De ce constat plutôt effrayant nous pouvons comprendre que les conséquences physiques et physiologiques d’un burnout sont nombreuses et potentiellement graves.
Néanmoins, avant les états de maladie, ces déséquilibres vont apparaître au niveau physique le plus fréquemment sous ces formes :
  • Fatigue générale
  • Maux de têtes
  • Mal de dos
  • Rhumes et état grippaux fréquents
  • Brûlure d’estomac
  • Troubles de la digestion et du transit
  • Sommeil perturbé
  • Palpitations cardiaques
Ces manifestations ne sont pas exclusivement l’expression d’un burnout et peuvent être conséquentes à des maladies préexistantes c’est pourquoi il est nécessaire d’aller consulter un médecin avant de s’auto-diagnostiquer victime d’un burnout !

A la semaine prochaine pour une description des manifestations psychiques et émotionnelles du burnout.



 Vous souhaitez vous abonner aux articles du blog ? Inscrivez-vous ici!


Aucun commentaire:

Publier un commentaire