Les bonnes attitudes: Eloge de la marche.


2015 est arrivé avec son cortège de bonnes résolutions. Or, s’il est indéniable que faire du sport ou manger plus sainement ne peut pas vous faire de mal, nos bonnes résolutions finissent bien souvent par s’essouffler et l’objectif à atteindre reste malheureusement hors de portée.

Alors arrêtez de vous fixer des objectifs inatteignables ! Ceux-ci ne servent qu’à vous plomber le moral devant l’échec programmé qu’ils représentent.

Malgré tout, dans les cas de burnout, il est impossible de faire l’impasse sur une activité physique. Je vous renvoie aux deux billets précédemment écrits sur ce sujet. Mais comment envisager de se mouvoir lorsque l’on se sent déjà à bout ? Et surtout comment faire pour se mobiliser concrètement sans que la motivation baisse et que vos intentions ne finissent comme les fameuses bonnes résolutions du Nouvel-an ?

Commencez «très  petit » 

Afin de consommer ces maudites hormones du stress qui vous usent, il n’est pas nécessaire de suer à grosses gouttes durant des heures. De petits efforts fréquents sont beaucoup plus profitables à votre santé. 
Alors plutôt que de courir, pourquoi ne pas commencer par marcher ? Afin de déterminer le rythme et la durée de votre marche, je vous propose de vous poser cette question : Quel rythme et quelle durée de marche vous semble facile à faire quotidiennement compte tenu de votre état de fatigue ? 10 min de marche lente ? 20 min ? 45 min ? Alors commencez comme cela ! N’ayez pas honte de vous balader au rythme d’une tortue asthmatique  si c’est ce qui vous convient. Ne pas se fixer d’attentes démesurées est la première règle en matière de motivation.

Recherchez le plaisir 

Lorsque je propose à mes clients de se mettre à marcher, certains me disent : « Mais je marche déjà à longueur de journée dans les couloirs de l’entreprise ! » ou « Je sors tous les jours pour faire mes courses avec mes enfants ».  Ce n’est pas de ce genre de marche dont je vous parle. Pour récolter les bénéfices de la marche, il est important de chercher à le faire pour le plaisir, sans autre objectif que celui de profiter de l’instant. Evitez si possible la foule ou la circulation intense et recherchez le cadre le plus propice à votre plaisir (parc, forêt, campagne, bord de lac,...)

Soyez à l’écoute 

Lorsque vous marchez vous êtes en mesure de ressentir ce qui se passe en vous et autour de vous. Vous pouvez porter attention à ce qui vous entoure ou faire le point sur ce que votre corps vous dit. Vous pouvez laisser vos pensées vagabonder. Il n’est pas rare qu’une bonne idée me vienne en marchant !

Un bénéfice inattendu


J’ai pris l’habitude de proposer à mes clients de faire un certain nombre de séances de coaching en marchant. Je me suis en effet aperçue que le fait de se mettre physiquement dans l’action permet parfois de faire avancer la réflexion, comme si le mental suivait le corps en mouvement. Alors, lorsque vous vous sentez coincé, pris au piège dans une situation, qu’avez-vous à perdre à essayer de vous mettre à marcher ?

Vous souhaitez vous abonner aux articles du blog ? Inscrivez-vous ici!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire