Les questions à se poser : Comment vivre les baisses de régime ?


Un break, une pause, un vide, un blanc… Bref, plus d’envie, plus d’énergie, plus de production et là… vient le début d’un dialogue intérieur bien connu de tous ceux qui ont un jour éprouvé cette baisse de régime : celui de l’auto-flagellation, de la culpabilité face à un sentiment d’échec.
Et pourtant ? Est-ce si anormal de fluctuer dans le niveau de notre production, que cela soit en termes de qualité ou de quantité ? Evidemment non. Mais ça c’est pour les autres ! Pour soi, il est difficile d’accepter de ne pas avoir la fiabilité d’une machine, bien que nous revendiquions le droit à l’erreur, à l’existence de la dimension humaine dans les rapports de travail. Alors comment concilier notre besoin de performance et l’essence de la nature humaine ?

Comprendre
On dit que la nature a horreur du vide. Du point de vue de notre mental, on pourrait dire que l’incompréhension est un vide. Un vide de sens. Dès lors, nous allons chercher à interpréter notre réalité. Lorsque nous vivons une baisse de régime, nous allons chercher des causes (voire même des coupables) à cet état. Bien souvent, notre peur d’être en position de faiblesse va nous pousser à chercher une cause externe, déculpabilisante,  à la situation qui nous éviterait de nous confronter de trop près à ce qui nous fait le plus peur : Et si c’était de notre responsabilité d’être dans cet état ? Et qu’est-ce que cela voudrait dire alors à notre sujet ? Que nous ne sommes pas aussi parfaits que nous le voudrions ? La belle affaire… Dans un monde où chacun se doit d’être au top tout le temps, en effet, cela a de quoi angoisser plus d’un individu, moi comprise.

Nous pouvons également choisir  de voir les choses comme cela : Nous sommes bien plus que des machines. Nos performances ne sont pas linéaires car nous avons une faculté bien à nous, la capacité d’apprendre. Or lorsque nous sommes en phase d’acquisition de compétences, nos performances ne sont pas toujours au rendez-vous ! Lorsque vous apprenez à utiliser un nouveau logiciel, vous allez dans un premier temps perdre du temps afin d’en regagner ensuite, si tout se déroule comme prévu. Lorsqu’il s’agit de développer vos compétences humaines ou de connaissance de soi, il est normal de ne pas pouvoir continuer à distribuer votre énergie dans la production de votre travail comme si de rien n’était ! Vous développez vos compétences personnelles afin dans un second temps pouvoir retourner à l’amélioration de vos performances.

Accepter et Intégrer
Lorsque l’on a identifié et compris ce qui nous arrive, alors il s’agit de passer d’une compréhension intellectuelle des événements à une véritable acceptation et intégration du chemin à parcourir. A cette étape il est indispensable de dépasser la notion de culpabilité et de recherche des coupables. Les personnes qui n’arrivent pas à se sortir de leur statut de victime ne peuvent réaliser que l’interprétation donnée aux événements est un choix ! Finalement, c’est dans l’intégration de nos imperfections que nous trouvons des pistes pour changer et évoluer. De manière étonnante, on pourrait dire que plus on assume sa part de responsabilité dans les situations difficiles, plus on trouve de liberté d’action. Intégrer ce processus prend du temps et de l’énergie. Alors comme tout apprentissage : Acceptez de perdre du temps pour en gagner !


Bonne semaine à tous ceux qui comme moi essaient de comprendre et de grandir sans cesse !


Vous souhaitez vous abonner aux articles du blog ? Inscrivez-vous ici! 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire